Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vivre et Comprendre

“Il est de la responsabilité de tous de veiller à ce que les nouveaux moyens de diffusion de l'information se traduisent par un enrichissement, et non un appauvrissement du patrimoine culturel mondial.” Pierre Joliot

Le plus vieux dessin du monde a 500 000 ans

Petite révolution dans le grand monde de la préhistoire ! L’art pictural, dans l’histoire de l’humanité, aurait débuté par un gribouillis de quelques centimètres à peine incrusté dans le calcaire d’un coquillage, il y a près de 500 000 ans. Ce plus vieux dessin du monde, découvert sur l’île de Java, a été trouvé après sept ans de recherche par une équipe internationale de préhistoriens. Il vient du coup bouleverser de 400 000 ans les théories sur les premiers motifs générés par la main d’un homme.

La découverte est détaillée dans la dernière livraison de la revue scientifique Nature. Selon l’équipe pilotée par Francesco d’Errico, de l’Université de Bordeaux en France, et José Joordens, de la Faculté d’archéologie de l’Université de Leyde aux Pays-Bas, le coquillage découvert au XIXe siècle sur les rives de la rivière Solo à Java, en Indonésie, par un certain Eugène Dubois, serait bel et bien porteur de la plus ancienne forme de dessin qui se résume à une sorte de zigzag gravé dans le fossile.

Une datation à l’argon, entre autres méthodes utilisées, permet d’évaluer à plus de 500 000 ans la période où cette première expression artistique a été produite par l’homme de Java, un pithécanthrope que l’on connaît également aujourd’hui sous le nom d’Homo erectus. À titre de comparaison, les dessins posés sur les parois rocheuses de la grotte de Lascaux, cette « chapelle Sixtine du Périgordien », l’ont été entre 18 000 et 15 000 ans.

Le trait est simple, mais sa portée, si la découverte est exacte, est finalement énorme.« La production de gravures géométriques est généralement interprétée comme l’apparition d’un comportement et d’une cognition modernes, écrivent les auteurs de cette analyse dans les pages de l’illustre publication scientifique. Dans le débat sur les origines [de l’humanité], la naissance de ce comportement est surtout attribuée à l’Homo sapiens », qui l’aurait fait naître sur le continent africain, ce qui désormais semble ne plus pouvoir tenir la route.

Jusqu’à maintenant, la plus ancienne forme d’abstraction tracée par une main humaine résidait dans un morceau d’ocre rouge gravé et découvert dans la grotte de Blombos en Afrique du Sud, découvert par le même Francesco d’Errico et daté de 100 000 ans.

La communauté scientifique pourrait toutefois ne pas accepter les résultats de cette nouvelle découverte avec le même enthousiasme que l’équipe dirigée par D’Errico et Joordens. Plusieurs chercheurs se questionnent en effet sur la solidité tout comme sur la véracité des faits mis en lumière par ces préhistoriens, le coquillage ayant été extrait du sol au XIXe siècle, à une époque où les critères et la rigueur scientifiques n’étaient pas totalement les mêmes qu’aujourd’hui.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article