Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vivre et Comprendre

“Il est de la responsabilité de tous de veiller à ce que les nouveaux moyens de diffusion de l'information se traduisent par un enrichissement, et non un appauvrissement du patrimoine culturel mondial.” Pierre Joliot

Le problème avec les cadeaux diplomatiques, ce n'est pas la chapka de François Hollande

François Hollande est donc passé vendredi au Kazakhstan, pays dont le premier et seul président Noursoultan Nazarbaïev a l'illustre honneur d'être quatrième de notre classement des dix dictateurs les mieux élus (95,5% des suffrages, pile comme prévu par un de ses conseillers quelques jours avant le vote en 2011).

Il a reçu de son hôte un costume traditionnel kazakh, et été pris en photo avec, malgré les demandes de l'Elysée avant le voyage qu'une telle photo ne se fasse jamais (clairement, l'Elysée connaît Twitter). S'en sont suivies toutes sortes de moqueries -de François Hollande, de sa chapka-, un retrait de la photo du compte Instagram officiel de Nazarbaïev, davantage de moqueries, et les salutaires appels de quelques internautes à respecter la culture d'un autre pays, c'est-à-dire à ne pas se moquer d'un costume traditionnel juste pour se moquer du président français.

Comme le souligne l'historien Christian Delporte, le port d'un costume typique est un passage récurrent des visites diplomatiques:

Le costume de Hollande n'était pas un prêt le temps d'une photo, mais un cadeau. En échange, il a offert à Nazarbaïev «une grande boîte en bois précieux en sycomore, pour ranger des boutons de manchette, par exemple, et fabriquée par des artisans français», rapporte France Info.

Jamais n'a-t-on fait autant de cas d'un cadeau diplomatique offert à François Hollande (ni, probablement, à un autre président français), alors qu'il y a autrement matière à polémique: en France, il n'existe pas de liste publique de ce que le président et le gouvernement reçoivent comme présents diplomatiques, ni de ce qu'ils offrent.

Plus précisément, on peut obtenir des détails sur les cadeaux offerts par nos représentants dans le reste du monde à travers les rapports détaillés d'autres pays, comme les Etats-Unis, qui publient chaque année une liste complète des présents reçus par Barack Obama et son administration.

Contrairement aux Etats-Unis, ou au Royaume-Uni qui publie régulièrement une liste des cadeaux reçus par le gouvernement, et l'endroit où ils sont entreposés, la France n'est pas transparente à ce niveau-là. Nous avions passé trois semaines en 2011 à tenter d'obtenir une liste des cadeaux offerts (et leur coût) et reçus par Nicolas Sarkozy et ses gouvernements, sans succès.

Comme on l'expliquait à l'époque:

Ces cadeaux ne sont pas personnels mais diplomatiques. Ils sont offerts et reçus au nom de la France. Il n’y a aucune raison pour tenir leur nature ou leur nombre cachés, alors pourquoi ce manque de transparence?

Aux Etats-Unis, les employés fédéraux doivent déclarer tous les cadeaux étrangers d’un montant de plus de 335 dollars (247 euros), considérés dès lors comme étant offerts au gouvernement américain et devenant la propriété du peuple. Cette loi a été mise en place pour éviter les tentations de corruption.

En quoi nos élus seraient-ils moins tentés que ceux d’autres pays? Alors que les questions de conflit d’intérêt sont au cœur de l’actualité, l’opacité autour des cadeaux diplomatiques –qui pourrait paraître à première vue un point futile– mérite toute notre attention.

(...)

Pour Daniel Lebègue, le président de la section française de l’ONG Transparency International, «on trouve toujours de bonnes raisons et de bonnes explications pour rejeter ou repousser le principe de transparence qui est un principe essentiel de la vie démocratique», alors même que «la transparence permet le contrôle démocratique citoyen, qui est la meilleure manière de prévenir les dérives».

Il souligne que, «dans ce domaine comme dans tant d’autres hélas, la France se caractérise par l’absence de règles ou de code de déontologie pour les ministres, le Premier ministre, et a fortiori le président de la République».

Cécile Dehesdin

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article