Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vivre et Comprendre

“Il est de la responsabilité de tous de veiller à ce que les nouveaux moyens de diffusion de l'information se traduisent par un enrichissement, et non un appauvrissement du patrimoine culturel mondial.” Pierre Joliot

Corriger les défauts de la course

Gommer les erreurs techniques les plus courantes pour courir de manière plus efficace et éviter les blessures. Focus sur les tops et les flops.

Ce n’est plus un secret. Travailler sur la biomécanique de la course, c’est privilégier la bonne forme plutôt que la vitesse. Pourtant, nombreuses sont encore les blessures causées par des soucis techniques. Diagnostic de 4 fautes courantes et ordonnance d’astuces pour supprimer les coquilles.

Flops 4

Il s’agit de petites inefficacités, mais quand elles se produisent dix mille fois sur une période de 60 minutes, elles risquent de causer de petites blessures qui, avec le temps, peuvent devenir plus sérieuses.

1. Pieds au ras du sol
Les gens courent en traînant les pieds, sans lever les talons ou presque. En conséquence, ils utilisent trop les quadriceps et les fléchisseurs de la hanche et se retrouvent avec des bandelettes de Maissiat très tendues.

2. Trop grandes foulées
Cela signifie qu’à chaque pas vous compensez sur l’arrière du talon ou sur le devant du pied.

3. Bras inutiles
Beaucoup courent en faisant pivoter les bras (appliquant ainsi une pression sur le bas du dos) ou en les laissant prendre le long du corps. Aucune de ces deux actions ne vous aide dans votre économie de mouvements.

4. Temps au sol
Les pieds restent bien trop longtemps au sol, soit en réceptionnant lourdement, soit à cause d’une foulée inefficace.

Les 4 corrections

Le mouvement de course le plus efficace consiste à faire faire à votre corps un minimum de variations de hauteur : les bras sont détendus et les jambes avancent en lançant le talon au-dessus du genou lorsqu’il quitte le sol derrière.

1. Pieds sous les hanches
Les pieds doivent atterrir sous les hanches et non devant le corps. En réceptionnant plus loin, vous augmenterez la foulée, générant un mouvement de freinage.

2. Atterrissage léger
La manière la plus efficace est de réceptionner sur la partie antérieure de la plante du pied, et non sur le talon. Mais cela ne convient pas à tout le monde et si vous êtes un coureur talon-orteils, entraînez-vous à réceptionner plus légèrement et à essayer de minimiser le temps que votre pied passe sur le sol.

3.Rythmez vos jambes
Quand vos pieds quittent le sol, levez bien les talons en arrière pour solliciter les tendons (à l’arrière des cuisses) et les grands fessiers. Cela crée un mouvement cyclique qui limite l’augmentation de la foulée.

4. Pistonner les bras
Il est facile d’oublier les bras. Pourtant, ils donnent le rythme de vos jambes et participent à votre équilibre. Ils doivent être pliés au niveau du coude, à environ à 90°, et le mouvement doit se faire d’avant en arrière. Si vous le faites correctement, vos mains vont se balancer des hanches jusqu’au menton.

Par Julien Pruvost

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article