Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vivre et Comprendre

“Il est de la responsabilité de tous de veiller à ce que les nouveaux moyens de diffusion de l'information se traduisent par un enrichissement, et non un appauvrissement du patrimoine culturel mondial.” Pierre Joliot

Les 8 meilleurs outils pour une recherche d'emploi

Les 8 meilleurs outils pour une recherche d'emploi

Pour donner toutes les chances à sa recherche d’emploi de réussir face à une concurrence toujours plus rude, il faut être persévérant, organisé mais aussi savoir se servir des bons outils. Quatre experts nous livrent les 8 outils qu’ils jugent les plus efficaces.

Une carte de visite

L’idée n’est pas si banale. « Combien de chercheurs d’emploi ont une carte de visite ? » interroge Yves Gautier. Touché. Pour ce coach spécialisé dans l’accompagnement et la recherche d’emploi, la première arme d’un candidat reste ce petit rectangle cartonné. Mais pas n’importe lequel non plus. « Je recommande toujours à mes clients de se créer une carte de visite avec photo. D’une part, on en voit peu. Et surtout, elle est très pratique pour des événements comme des salons. Après avoir vu 50 ou 100 personnes dans la journée, un recruteur vous resituera plus facilement.

"La lettre de motivation est un outil mal utilisé. Elle ne doit pas prouver la motivation du candidat mais susciter celle du recruteur !"

Un CV fluide

Si la carte de visite comporte peu d’informations, elle signale votre adresse mail, un numéro de téléphone et, bien sûr, un lien vers un CV ou profil en ligne. Pour Guillaume Colein, c’est un autre outil encore trop négligé. « En ligne ou sur papier, un CV fluide, clair, avec pour chaque mission des exemples de réalisations concrètes, reste un outil encore inégalé », observe le directeur du Cabinet Victoire.

Un pitch

À charge ensuite, pour le candidat, de conclure l’essai dans sa lettre de motivation et en entretien. « La lettre de motivation reste un outil mal utilisé, rappelle Yves Gautier. Elle ne doit pas prouver la motivation du candidat mais susciter celle du recruteur ! » Pour y parvenir, ce consultant propose de préparer un pitch de quelques lignes personnelles et percutantes. « C’est une erreur de commencer par des phrases flatteuses sur la société visée. Par courrier ou en face à face, il faut accrocher son interlocuteur avec qui on est et ce qu’on peut lui apporter. »

Une formule

« Les mots sont des outils primordiaux dans la façon de se présenter », poursuit Helen Monnet, auteure du guide Rebondir après un licenciement. Cette consultante en ressources humaines confesse par exemple ne pas trop aimer le terme chômeur. « C’est personnel, mais je m’aperçois que beaucoup de candidats ont aussi du mal à se définir ainsi et sont mal à l’aise en entretien. Pour les aider, je leur suggère un léger déplacement sémantique. On peut dire que l’on est "entre deux postes", "en transition", "en formation" ou "en reconversion". Ce n’est pas un mensonge et le ressenti, chez le candidat et le recruteur, n’est pas le même. »

Le téléphone

Encore faut-il, ensuite, faire connaître sa candidature. Là encore, Guillaume Colein invite les intéressés à manier les bons outils. « Les candidats ont tendance à envoyer leur CV partout sans trop de résultats. » Ce recruteur recommande de s’en tenir à une liste d’entreprises vraiment pertinentes. « L’avantage de cette démarche, ciblée et qualitative, est de permettre un meilleur "filage" », poursuit Guillaume Colein. Objectif pour le candidat : relancer ses interlocuteurs par téléphone. « Beaucoup trop de candidats ne rappellent pas les entreprises qu’elles contactent. L’idée est d’en choisir peu à la fois et de nouer un contact humain. »

Un semainier

Selon Helen Monnet, deux écueils guettent principalement les chercheurs d’emploi : la procrastination et la dispersion. Et pour y remédier, elle conseille de considérer sa recherche d’emploi comme un job à plein temps. « Élaborez par exemple un semainier à l’aide d’un tableau Excel, choisissez des codes couleurs pour vos différentes activités et fixez-vous des rendez-vous avec vous même pour poursuivre vos démarches. »

Les retweets

Mais entre deux appels, il reste d’autres moyens de se faire connaître. « Personnellement, je suis un accro à Twitter, confesse Emmanuel Stanislas. Je tweete des offres d’emploi et des articles. Et au passage, je suis sensible à ceux, parmi mes followers, qui retweetent ou commentent mes publications. » On l’aura compris : le fondateur du cabinet de recrutement Clémentine invite les candidats à être proactifs sur les réseaux sociaux. « Twitter ou LinkedIn sont des outils formidables à partir du moment où l’on ne s’en sert pas que comme d’une simple vitrine. »

Et un journal de bord

En pourquoi ? Cet ultime outil, à la fois pratique et psychologique, a fait ses preuves selon Helen Monnet. « Je recommande à mes clients de commencer un journal de bord. » Il s’agit, chaque jour, de résumer les principales actions de sa recherche mais aussi de lister des actions pour son développement personnel et le maintien de sa santé physique. « C’est un journal intime qui peut aussi défouler et génère au passage un certain apaisement. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article