Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vivre et Comprendre

“Il est de la responsabilité de tous de veiller à ce que les nouveaux moyens de diffusion de l'information se traduisent par un enrichissement, et non un appauvrissement du patrimoine culturel mondial.” Pierre Joliot

CES 2016 : les 10 meilleures innovations françaises

On n'a jamais autant parlé français au CES de Las Vegas. Avec 190 startups, la délégation hexagonale est la deuxième plus importante de la planète, certes derrière les Etats-Unis, mais loin devant tous les autres pays. La France s'illustre notamment grâce aux 127 pépites qui exposent dans l'Eureka Park, l'aile du salon spécialement dédidée aux jeunes pousses les plus innovantes. Emmanuel Macron a même fait le déplacement et multiplie les événements, interviews et opérations séduction auprès des investisseurs et des journalistes américains, pour vanter l'image d'une France innovante, loin des clichés tenaces.

Et ça marche. Le coq rouge, symbole de la French Tech, est encore plus que l'an dernier l'une de stars du CES. Les grands médias high tech comme TechCrunch, Mashable ou Re/code parlent abondamment des startups françaises, au point que le prestigieux magazine Forbes évoque une "invasion". En effet, dix-neuf d'entre elles ont gagné au moins un prix au CES Innovation Awards, les récompenses pré-salon qui installent les tendances. Certaines, à l'image de B-Sensory, en obtiennent de nouveaux depuis l'ouverture du salon, mercredi dernier.

Alors que le CES s'apprête à fermer ses portes, La Tribune a sélectionné dix innovations françaises qui pourraient faire parler d'elles dans les mois à venir.

Prêt-à-porter : Oombrella, le parapluie intelligent de Weezzo

Qui n'a jamais oublié son parapluie au restaurant ou l'a laissé chez soi le matin en pensant qu'il ne pleuvrait pas ? Des anecdotes à ranger au rayon des mauvais souvenirs grâce à la startup parisienne Weezzo et son Oombrella. Ce parapluie connecté envoie une alerte si son utilisateur l'a oublié et s'il va pleuvoir dans la journée. L'objet se synchronise avec une application de météo communautaire, baptisée Weezzo. Celle-ci permet, grâce à l'analyse des données météo, des objets connectés et des déclarations géolocalisées des internautes, de donner le temps de manière plus précise. Enfin, la toile du parapluie est composée d'un matériau qui réfléchit la lumière pour égayer la grisaille.

Services : Domino, le bouton connecté de La Poste

Depuis un an, La Poste fonce tous azimuts dans l'Internet des objets. Présent en force au CES avec quinze startups dans sa délégation, le groupe postal français multiplie les efforts pour accélérer sa transition numérique et utiliser les nouvelles technologies pour fournir de nouveaux services à ses usagers.

L'un d'entre eux est le bouton Domino, présenté au cours du CES. Il s'agit d'un bouton connecté sous la forme d'un stick rectangulaire jaune, qui peut se fixer à l'intérieur d'une boîte à lettres. Ce Domino permet d'éviter d'aller déposer son colis au bureau de poste en faisant venir le facteur directement chez soi. Après avoir téléchargé l'application et renseigné l'adresse du destinataire, il suffit de déposer l'objet, emballé ou pas, dans sa boîte aux lettres. Le facteur le récupère, l'emballe pour vous, l'affranchit et le fait livrer.

Mais ce ne sera pas pour tout de suite : le dispositif sera testé "avant la mi-2016" avant d'être déployé à grande échelle en cas de succès.

Energie : Ween ou le chauffage sur-mesure sans gaspillage

Faire des économies d'énergie, c'est aussi optimiser la gestion du chauffage : rien ne sert de chauffer partout, tout le temps, à la même température. La startup aixoise Ween, vainqueur d'un CES Innovation Award à Las Vegas, se distingue en apportant un degré d'intelligence inédit à son thermostat. La géolocalisation des smartphones, associée à un détecteur de mouvement et l'apprentissage des habitudes de la famille, permet à Ween d'adapter en temps réel la température d'un intérieur en fonction de la présence et des déplacements.

Ween baisse la température quand il n'y a plus personne à l'intérieur, et la remonte au fur et à mesure qu'une personne approche de son logement, pour y trouver la température désirée. La startup promet 25% d'économie sur les factures d'énergie, juste en ne chauffant plus inutilement les logements vides. Actuellement disponible en précommande pour 349 euros.

Wearables : le Go de Withings attaque le marché des montres connectés

Marre des montres connectées qu'il faut recharger tous les jours ? Withings, déjà connu pour ses balances et ses thermostats connectés, fait le pari de les ringardiser avec Go, son nouveau tracker d'activité capable de fonctionner en continu pendant... 8 mois. Une performance rendue possible par la très faible consommation en énergie de l'écran E-ink. L'objet peut suivre automatiquement la marche, la course, la nage et le sommeil, et transmettre ces informations à l'application Withings Health Mate, qui les analyse et définit des objectifs. Go sera disponible au cours du premier trimestre 2016 et coûtera 65,95 euros.

Santé : un thermomètre ultra-précis en deux secondes

Withings, toujours lui, a aussi créé une petite sensation à Las Vegas avec son thermomètre connecté, sobrement baptisé Thermo. Une invention maligne qui permet d'en finir avec les prises hasardeuses de température, et qui permet en outre de suivre précisément l'évolution de la fièvre. Thermo se place sur la tempe et relève la température en moins de deux secondes grâce à seize capteurs. Les informations sont envoyées sur une application smartphone. Pratique pour mesurer l'évolution de la fièvre au cours de la journée, ou pour programmer des rappels au moment d'avaler ses médicaments ou de reprendre sa température. L'innovation a gagné deux prix au CES et sera commercialisée 99,95 euros dans les prochaines semaines.

Drones : Parrot lance une aile volante ultralégère

Vieil habitué du CES, le français Parrot, qui démocratise les drones grand public, a encore fait parler de lui avec son nouveau drone, Disco. Alors que la tendance est plutôt aux objets les plus simples possibles, le nouveau modèle de Parrot est étonnamment sophistiqué. Il se présente sous la forme d'une élégante aile volante, ultralégère et design, comme un oiseau qui filme dans le ciel.

L'objet se veut très simple d'utilisation, si bien que Parrot le présente comme « la première aile volante qu'on peut piloter sans aucun apprentissage du vol ». Il suffit de le lancer à la main pour qu'il s'envole et exécute les ordres. Une caméra frontale placée sur le drone permet au pilote au sol de se croire dans les airs en visionnant sur une tablette ou grâce à des lunettes spéciales les paysages capturés par l'appareil.

Domotique : un galet connecté pour que la lumière soit

La startup montpelliéraine spécialisée dans l'éclairage intelligent a profité du CES pour remporter deux nouveaux prix et dévoiler deux nouveaux produits : une ampoule musicale, et un galet connecté baptisé SmartPebble.

Cet interrupteur sans fil très design permet de contrôler d'un geste toutes les ampoules de la maison. Il suffit de secouer l'appareil pour changer la couleur de l'éclairage, le retourner pour passer en mode veilleuse, ou encore le tourner pour baisser au augmenter la luminosité. Connecté à un socle mura, il fonctionne avec des piles. En revanche, Awox n'a pas dévoilé son prix ni sa date de lancement.

Sports : Equisense, la startup qui modernise la pratique de l'équitation

Compiègne, ville du cheval... et du cheval connecté ! Pratique ancestrale s'il en est, l'équitation prend un sérieux coup de jeune avec Balios, un objet connecté de la startup Equisense dédié au "progrès du cavalier et au bien-être du cheval" selon son créateur, Benoît Blancher.

Le premier objet connecté dédié à l'équitation se fixe sur la sangle du cheval. Ses capteurs renvoient sur le smartphone du cavalier des données précises sur ses progrès, tout en évaluant le degré de bien-être de l'animal. Séance après séance, Balios mesure "l'intensité du travail, la qualité de la locomotion, le temps passé à chaque allure, et établit un historique des entraînements et de l'état de forme du cheval", indique Benoît Blancher. Un suivi qui peut être partagé avec le coach ou le vétérinaire. Après une campagne fructueuse sur Kickstarter, où ils ont récolté plus de 150.000 euros alors que l'objectif n'était qu'à 50.000, le produit sortira en avril 2016.

Musique : tout le monde devient DJ avec dJiT

Pour Jean-Baptiste Hironde et Camille Léage, le CES 2016 marquait une étape cruciale dans l'évolution de leur entreprise, dJiT : son entrée officielle dans les objets connectés. Depuis deux ans, la startup cartonne grâce à edjing, une application de mix forte de 35 millions d'utilisateurs dans le monde. Désormais, elle ambitionne de redonner le pouvoir du mixage aux non-DJ avec son "mixfader", le "premier crossfader connecté au monde" selon les créateurs.

Cet objet de mixage permet de reproduire toutes les techniques des DJ en basculant d'une piste à une autre et en réalisant des transitions stylisées entre deux morceaux. Il est connecté en Bluetooth avec une tablette ou un smartphone. Moins cher et moins encombrant pour les amateurs que des platines.

Insolite : B-Sensory, le sextoy connecté qui émoustille Las Vegas

La perception d'une France aux mœurs légères, olé-olé sur le plan de la sexualité et riche d'une littérature féconde volontiers scandaleuses, est très ancrée aux Etats-Unis. Est-ce pour cela que B-Sensory fait tant sensation depuis l'ouverture du CES ?

Cette startup bretonne, qui propose la première application de lecture érotique connectée à un sextoy, n'en finit plus d'émoustiller les médias américains. Son Little Bird prend la forme d'un œuf vibrant dont la fonction est de "décupler les émotions" lors de la lecture d'un livre érotique. Aux passages les plus coquins, l'œuf s'emballe pour offrir des sensations de lecture toujours plus fortes. Le système fonctionne sur les 200 ouvrages synchronisés dans l'application. Il sortira en France lors de la Saint-Valentin pour 119 euros.

Sylvain Rolland

CES 2016 : les 10 meilleures innovations françaises

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article